Les lives de ce début d’année

Capture D Ecran 2023 05 05 A 10 49 03

L’art a toujours eu le pouvoir de transcender les frontières, de capturer l’essence d’une culture et de laisser une empreinte indélébile dans nos mémoires. C’est dans cet esprit que l’atelier d’Erik Black s’est aventuré en Grèce, pour une convention d’entreprise qui allait marquer les esprits et célébrer l’héritage des dieux grecs.

L’idée maîtresse de l’événement était aussi poétique que puissante : un pissenlit, ce symbole de légèreté et d’éphémère, peint à l’acrylique sur un format imposant de 195 x 195 cm. Ce tableau, préparé avec soin dans l’atelier, devait être le point de départ d’un voyage artistique inoubliable.

Mais ce n’était là que le début de l’aventure. Pour donner vie à ce tableau, Erik Black s’était engagé à réaliser en direct, lors du dîner de gala, le portrait d’un dieu grec qui soufflerait sur le pissenlit. Ce n’était pas simplement une performance artistique, c’était une invocation des forces de l’histoire et de la mythologie grecque.

La technique choisie pour cette performance était aussi audacieuse que spectaculaire : de la colle et des paillettes, une explosion de lumière et de couleurs qui capturerait l’essence même de la magie et de la splendeur des dieux.


Les préparatifs avaient été minutieux, avec de nombreux échanges entre l’artiste, le client final et l’agence d’événement. Chaque détail avait été scruté, chaque nuance discutée, jusqu’à ce que le projet graphique reflète parfaitement la vision commune de tous les acteurs impliqués.

Arrivé à Athènes, Erik Black et son équipe se sont installés dans un lieu magique, baigné par les eaux scintillantes de la Méditerranée. C’est là, entre les colonnes ancestrales et le souffle de l’histoire, que les répétitions se sont déroulées, comme un ballet harmonieux entre l’art et la nature.

Le moment venu, l’ouverture du dîner de gala a été le théâtre d’une révélation artistique. Les regards ébahis du public, les applaudissements nourris, tout témoignait de l’émerveillement général devant le spectacle qui se déroulait sous leurs yeux.

Pour ce laboratoire suisse, ce fut un moment mémorable, une étape inoubliable dans son histoire. Les pinceaux d’Erik Black avaient une fois de plus brillé, capturant l’essence même de la demande du client, et transcendant les frontières de l’art conventionnel.

En Grèce, au pays des dieux et des légendes, l’art avait trouvé une nouvelle forme d’expression, et Erik Black avait inscrit son nom dans le panthéon des grands artistes de notre temps.